Transport régional

JB SOL et le transport régional

JB SOL Transports s’est spécialisé au fil des années dans le transport régional. Avec notre parc automobile de 23 attelages, nous intervenons principalement dans la région des Pays de la Loire. Grâce à notre savoir-faire, nous garantissons le respect des délais programmés ainsi que des prestations sans faille fixées dans le plus grand respect du client.

Ci-dessous, retrouvez plus en détail les zones d’intervention dans lesquelles JB SOL Transports est en capacité d’intervenir avec ses chauffeurs poids lourds.

 

Dans quels départements intervenons-nous ?

Comme nous vous le disions plus haut, JB SOL intervient dans la région des Pays de la Loire. Nous pouvons ainsi nous déplacer dans les cinq départements qui constituent cette région, à savoir : la Mayenne, la Sarthe, la Loire-Atlantique, la Vendée et le Maine-et-Loire. Nous intervenons donc autour de grandes villes comme Nantes, Le Mans (où notre siège est domicilié), Angers, Saint-Nazaire, Chateaubriand, Cholet, Saumur, la Roche-sur-Yon, Fontenay-le-Comte, Segré, la Flèche, Laval ou Mayenne.

Évidemment, nous intervenons dans les périphéries de toutes ces villes et tous les chantiers du territoire, où qu’ils se trouvent dans la région des Pays de la Loire.

 

Pourquoi faire appel à nous ?

Si vous avez une activité ou un besoin dans la région des Pays de la Loire, nous vous conseillons de faire appel à une société de transport proche de votre localisation, notamment pour les avantages que cela pourra vous procurer.

  • La proximité : En faisant appel à une société des Pays de la Loire, vous vous assurez une prise en charge rapide, la possibilité de nous rencontrer rapidement, d’être reçu dans nos locaux et de mettre en place plus simplement la mission nécessaire.
  • Le prix : évidemment, en faisant appel à une entreprise proche de votre exploitation ou de votre activité, vous faites des économies et bénéficiez financièrement de cette proximité. Notamment puisque nos trajets seront nécessairement plus courts.

Grâce à cette réactivité, JB SOL Transports dispose d’une très bonne réputation dans la région des Pays de la Loire, dans le domaine du transport région.

 

En savoir plus ?

Vous avez besoin de nous rencontrer, ce nous exposer votre projet ou de nous présenter votre demande ? Nous sommes disposés à vous répondre rapidement, si vous nous contactez par téléphone au 02 43 87 71 96 ou par mail via notre formulaire de contact. Nous pourrons vous proposer un rendez-vous à notre siège, situé à Écommoy à proximité du Mans.

Les déchets verts revalorisés sont une source d’énergie

En France, les déchets verts ou résidus d’origine végétale s’élèvent à plus de 17 millions de m3 produits par année. Les pouvoirs publics s’impliquent pour organiser et réglementer l’émergence de ce secteur du recyclage des ressources végétales jusqu’alors mal défini et sans structure efficace.

Désormais, des textes et des obligations sont appliqués pour codifier le développement durable et l’imposer dans la vie quotidienne des particuliers, des professionnels et des collectivités.

Partenaire du développement durable, JB Sol s’active dans la récupération des déchets verts ou végétaux grâce à sa flotte adaptée au transport des déchets verts par camion. JB Sol valorise ensuite ces matériaux de récupération selon des process simples ou élaborés pour une transformation leur donnant un usage de combustible essentiellement.

 

Les déchets verts ou résidus végétaux sont appelés les biodéchets

Concrètement, les fournisseurs de déchets végétaux sont des professionnels du paysage qui sont les seuls à fournir des quantités suffisantes par intermittence. Les végétaux ont un cycle de vie annuel adossé aux saisons les plus prolifiques qui sont le printemps et l’automne. Le traitement des déchets verts est donc périodique.

Les déchets verts récupérés proviennent des actions suivantes : les résidus végétaux après une taille annuelle, le fauchage d’herbes et pousses, l’entretien des espaces verts municipaux et privés, l’élagage des arbres sur les voies communales, la collecte des feuilles mortes, la coupe des haies et arbustes avec un diamètre inférieur à 15 centimètres.

L’achat, la revente ou la récupération de déchets verts font partie intégrante au niveau réglementaire des biodéchets.

 

Les obligations de la réglementation des déchets verts

Le ministère de la transition écologique règlemente peu à peu la filière de recyclage des biodéchets.

Depuis 2011, il est formellement interdit aux particuliers, aux professionnels et aux collectivités de brûler des déchets verts dans une propriété ou à l’air libre. L’usage des incinérateurs de jardin est interdit.

L’obligation du tri des biodéchets par les professionnels « gros producteurs » se met en place. Depuis le 1er janvier 2012, les personnes ou entités produisant ou détenant une quantité massive de biodéchets ont l’obligation de les trier et de les faire valoriser dans des filières adaptées par le compostage ou la méthanisation.

Les entreprises d’espaces verts, la grande distribution, les industries agroalimentaires, les marchés, les cantines et restaurants sont sensibilisés et poussés vers le tri et la revalorisation de leurs déchets verts.

Les seuils ont progressivement été abaissés : en 2012, l’obligation concernait les professionnels qui produisaient plus de 120 tonnes par an de biodéchets. Ensuite, depuis le 1er janvier 2016, ce sont les professionnels produisant plus de 10 tonnes par an de biodéchets qui sont alors concernés. Cela correspond par exemple aux marchés de gros ou forains, à certains restaurateurs, aux petites surfaces de distribution alimentaire.

Ainsi, cette obligation concerne une multitude d’acteurs économiques qui se sont organisés en conséquence.

Cela a mené au jaillissement de toute une économie sous-jacente organisée et encadrée de recherche, d’ingénierie, de revalorisation par des entreprises et des collectivités.

Le paillage, une revalorisation des sous-produits de la filière bois

Véritable plateforme de valorisation organique, JB Sol est un acteur de l’essor de la filière bois-énergie et mène au quotidien des activités concrètes pour contribuer à la fabrication d’énergie renouvelable en revalorisant la ressource bois locale récupérée dans la Sarthe.

Cette valorisation énergétique des produits connexes de scierie de l’exploitation forestière s’oriente vers la valorisation énergétique. JB sol a investi des moyens financiers conséquents dans des équipements logistiques, techniques et technologiques novateurs pour soutenir sa démarche participative.

 

La valorisation énergétique

Il existe la valorisation des déchets végétaux pouvant être obtenue par la méthanisation. Ce procédé met la matière de bois récupérée dans un état de décomposition favorisé par les micro-organismes sans apport d’oxygène étant donné l’isolement en milieu fermé observé.

La matière décomposée par fermentation est alors traitée dans une unité de production de biogaz. Les déchets bois décomposés servent à produire généralement du fertilisant agricole et du biogaz. Ce biogaz produit alors de l’électricité ou de la chaleur.

Plus spécifiquement, la valorisation énergétique grâce au bois ou le bois-énergie est la première source de d’énergie renouvelable consommée en France, et même dans le monde. Dans les entreprises, les produits connexes de l’exploitation forestière (sciure et copeaux de bois, écorces) sont stockés dans l’attente du volume nécessaire pour être ensuite chargés dans des camions ou semi-remorques et transportés vers les unités de valorisation adaptées.

 

Les produits issus de la revalorisation énergétique

Les granulés (en anglais pellets) ou briquettes sont les produits issus de la transformation de la sciureoucopeaux de bois. Ils servent ainsi comme combustibles aux chaudières de petites ou moyennes puissances ou poêles d’habitations.

Les granulés peuvent être fabriqués à base d’écorces qui deviennent alorsun combustible pour les chaudières de plus grandes puissances pour l’industrie.

Les plaquettes forestières aux essences diverses (chêne, résineux, peuplier) sont un moyen d’approvisionnement des chaudières au bois-énergie. Les plaquettes sont obtenues après le déchiquetage, le broyage et le criblage de résidus de bois tels que les souches.

Le paillage ou bois paillage (peuplier, résineux, chêne, aulne) est destiné à protéger du froid les sols et les massifs en hiver. Ce sont des déchets de bois et d’écorces déchiquetés puis revalorisés en plaquettes servant à un usage d’isolant thermique pour plantes et espèces végétales agricoles, horticoles ou encore dans les pépinières, les parcs et les jardins.

Le paillage réduit la pousse des mauvaises herbes. En période estivale, le paillage aide à lutter contre la sécheresse et la déshydratation des sols. Dans les collectivités locales, le paillage est devenu courant dans la mesure où il offre des avantages économiques (arrosage moins fréquent, moins de pertes de plants par le gel).

L’avantage du paillage est qu’il demeure 100 % biologique et ne contient pas d’agent pathogène.

 

Des procédés et outils techniques stricts

Le procédé de la granulométrie sert à la mesure de la dimension des morceaux de bois. Il apporte un calibrage des plaquettes et permet de personnaliser les dimensions ou le grammage des plaquettes.

Le procédé du criblage sépare les déchets en deux catégories : les éléments fins appelé le compost et les éléments plus gros appelés les refus. Les deux catégories étant destinées à des productions de revalorisation distinctes.

Le taux de fines : les fines sont les particules de taille inférieure à 2 millimètres qui sont des résidus des opérations de transformation et de transport du bois.

Demande de renseignement

Contactez nous au

02 43 87 71 96

ou

Ce site utilise des cookies et vous donne le contrôle sur ce que vous souhaitez activer Tout accepter Personnaliser